Logo Nos Gestes Climat
NosGestesClimat

📦 Produits manufacturés neufs

Ce sous-poste permet de capter l'empreinte des achats de produits neufs, liée aux dépenses et niveau de vie d'une personne, via une approche macro-économique. À l'image de la méthode utilisée pour les services sociétaux, on utilise les résultats du travail du SDES afin de reconstituer l'empreinte carbone des achats non captés "ailleurs" dans le test pour un français moyen.

Malgré des limites importantes (on en parle juste après), cette question est présente pour plusieurs raisons:

  • Élargir le scope de consommations couvert par Nos Gestes Climat : on prend en compte ici les dépenses qui ne sont pas captées dans le reste du test tel que la décoration, les plantes, le jardinage, le matériel de cuisine, le linge de maison, les matériaux pour les loisirs créatifs, le bricolage. Ces achats étant souvent utilisés sur le long terme et devraient donc être amortis selon le type de produit, mais dans cette approche nous considérons que l'empreinte des achats est équivalente d'année en année et que l'amortissement n'est pas nécessaire.
  • Permettre de regrouper en une question nos achats de produits neufs et éviter de mettre l'accent sur "des petites postes" avec un nombre de questions qui deviendrait trop important: combien de vases ? Combien de livres ? Combien de tapis de bain ? Combien de couverts ? etc.
  • Sensibiliser sur les achats de produits neufs. Dans Nos Gestes Climat l'empreinte des produits d'occasion est attribuée à l'acheteur initial de l'objet. Ainsi, l'empreinte d'un produit d'occasion est considérée comme nulle à l'heure actuelle (ce qui est bien précisé dans la question).

Ainsi, nous avons considéré dans cette question une répartition des postes suivants dont le contenu carbone a été attribué parmi l'ensemble des branches / sous branches économiques :

  • Horticulture (plantes, accessoires, livraison)
  • Verrerie, vaisselle, ustensiles de cuisine
  • Maroquinerie, accessoires (briquet, parapluie, lunettes de soleil…), équipements pour bébés
  • Tapis et autres revêtements, pose et réparation
  • Outillage pour la maison et le jardin
  • Services de réparation d'ordinateurs et de biens personnels et domestiques
  • Produits destinés aux travaux courants d’entretien et de réparation du logement
  • Autres produits manufacturés type jeux, jouets, article sport, instrument musique, joaillerie/horlogerie

Par exemple, le poste horticulture est constitué de la sous-branche "Reproduction de plantes" représentant, en chiffre d'affaires, 2% de la branche "Produits de l'agriculture et de la chasse et services annexes par habitant", de la sous-branche "Commerce de gros de fleurs et plantes" représentant 0,2% de la branche "Commerce de gros, à l'exclusion des automobiles et des motocycles par habitant" et enfin de la sous-branche "Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé" représentant 1,5% de la branche "Commerce de détail, à l'exclusion des automobiles et des motocycles par habitant"

Cependant, l'empreinte captée dans cette question est à prendre avec des pincettes.

En effet, l'approche macro-économique présente plusieurs limites exposées dans notre guide technique sur les services sociétaux, notamment du fait de la précision des données de départ. On retire également de ce calcul un chiffre unique, identique pour l'ensemble des citoyens. On propose tout de même dans cette question une modularisation de l'empreinte via une question sur le nivy a plusieurs enjeux : Néanmoins, cette méthode de calcul est privilégiée ici en lieu et place de ratios monétaires qui possèdent une incertitude de 80%. Ces facteurs d'émission de la base carbone ne sont pas à jour avec le niveau d'inflation connu aujourd'hui et ceux moyennés pour cette question sont très hétérogènes (on agrège à la fois le facteur associé à l'édition (livres), mais également celui associé au plastique ou aux métaux). Pour finir sur le sujet, et c'est sans doute le plus gros frein à l'utilisation de ratios monétaires, l'intensité carbone d'un euro dépensé pour un achat n'est pas du tout représentative de l'empreinte réelle du produit. Par exemple, il n'est pas du tout évident qu'un livre qui coûte plus cher ait une plus grosse empreinte. De même, un ensemble de draps en lin pourrait très bien avoir une empreinte 5 fois plus faible qu'un ensemble en coton (la culture du lin demande très peu de ressources), et pourtant ce dernier est susceptible de coûter jusqu'à 10 fois plus cher.

Comment cette donnée est-elle calculée ?

  • Facteur correctif * autres produits macro

Pour en savoir plus sur cette règle de notre modèle, lancer le calcul en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Pages proches